Opter pour le portage salarial : bonne ou mauvaise idée

Depuis les années 2000, le portage salarial connaît un véritable essor en France. L’engouement qu’il suscite fait qu’en 2008, il a fallu éliminer le vide juridique qui existait autour de lui en l’inscrivant dans le code de travail par la loi du 25 juin 2008, relative à la modernisation du marché du travail. Depuis, les travailleurs s’intéressent encore plus à ce mode de travail. Les sociétés de portage salarial se multiplient et proposent aux travailleurs différents services, les uns aussi intéressants que les autres. Beaucoup de travailleurs ont déjà fait le choix du portage salarial. Néanmoins, certains se demandent encore aujourd’hui s’il est vraiment opportun de choisir ce mode de travail. Nous donnons ici quelques informations pouvant les aider à faire leur choix.

 

Le portage garantit l’autonomie du travailleur

Bien qu’il soit encore méconnu de beaucoup de personnes, le portage salarial est un système en pleine croissance. Il apparaît aujourd’hui comme une troisième voie, intermédiaire entre entrepreneuriat et salariat. Il permet à un professionnel de proposer en toute autonomie ses services à des clients. Le principe du portage salarial est très simple. Le travailleur indépendant va facturer à ses clients, des honoraires qu’il va reverser à une entreprise de portage chez qui il est salarié. Dans un tel système donc, c’est le travailleur même qui effectue le choix du client pour lequel il souhaite travailler. De plus, c’est lui qui discute des termes du contrat avec le client. Il analyse donc les paramètres de la mission qu’il aura à accomplir et, avec son client, s’entend sur ses composantes (planning, durée, coûts, modalités de paiement…). Il peut donc fixer le montant de sa prestation en fonction du salaire qu’il souhaiterait recevoir de la part de sa société de portage. Il transmet ces diverses informations à sa société qui s’occupe du reste.

 

Possibilité de test d’activité

Le portage salarial donne donc la possibilité au travailleur d’exercer son activité sans créer son entreprise. Il n’a donc pas à se soucier des charges qu’engendre une entreprise ou d’une quelconque gestion administrative. Il est déchargé de toute la partie administrative de sa mission. La loi met cette partie à la charge de la société de portage. Celle-ci va mettre en place un contrat de prestation avec le client, sur la base des informations à elle fournis par le travailleur. Aussi, avec le travailleur, elle met en place un contrat de travail. Dans le respect de ce contrat, le travailleur bénéficie de tous les avantages du salariat (assurance chômage, retraite, etc…). La société se charge donc d’effectuer les recouvrements auprès du client et de payer chaque mois, le salaire du travailleur. Le travailleur étant épargné de paperasses administratives, il dispose d’assez de temps pour mettre en place son activité, effectuer ses prospections et développer son business. Le portage apparaît donc comme une solution innovante pour les travailleurs indépendants et les freelances. Ceux-ci peuvent même se servir de ce mode de travail pour tester leurs capacités avant de créer leur propre entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *